Association des Hyperinsulinismes
Volcano Trail2012-06-26
Ce 23 juin à 18h05, je passe la ligne d’arrivée du Volcano Trail Grand raid de la Guadeloupe 55 Kms avec 4100m de dénivelé.
Une 38ème place sur 70 (100 inscrits au départ) en 13h05 d’effort.
5h00 du matin ce samedi me voici donc sur la ligne de départ. Je pars tranquille car je sais déjà que la journée sera longue.
Le parcours commence par la route de Choisy, un sentier et c’est parti, la remontée de la rivière du Galion qui me casse les jambes et l’envie. A peine 1h30 de course sur la trace des étangs et je préfèrerais déjà être au lit.
Descente de l’As de Pique, arrivée au Grand Etang, direction l’aire d’accueil du Carbet qui me remet le pied à l’étrier pour attaquer la deuxième partie de la première boucle sur un bon élan en faisant une bonne montée du Col de l’Echelle par la première Chute du Carbet.
La trace Carmichaël, beaucoup plus sympa que la dernière fois, moins humide, très bien passée m’amène à la Grande Découverte avant la descente sur Matouba et ensuite St-Claude fin de la première boucle. Cette longue descente me cuit les quadriceps qui vont beaucoup me manquer pour la deuxième boucle.
Début de deuxième boucle et début du calvaire, digestion difficile du ravito, une chaleur pesante et voilà que la trace Delgrès qui nous amène à Papaye me finit. La pause s’impose dès le début du Nez Cassé, à l’ombre, la tête sur les jambes pendant 5 minutes.
Après ce petit repos me voilà reparti lentement dans l’ascension de ce morne sur et sous les branches. Le moral revient dans la descente et je prends la direction des Bains Jaunes (prochain ravito) après m’être rafraîchi dans la rivière.
Une soupe, un petit massage de la nuque et du cuir chevelu par une professionnelle, une banane en main et c’est parti pour les 3 dernières difficultés de la journée.
La Citerne par la trace de l’Armistice, à l’abri du vent et dans une poiteur étouffante, on m’en avait parlé et bien je m’en souviendrai, montée interminable quasi tout en escalade dans les cailloux, la boue et les racines.
Arrivée à la Citerne, j’appelle ma puce pour lui dire : « vous pouvez venir mais sans vous presser je n’avance plus ».
Je m’attaque donc à l’Echelle dans une autre météo (vent et brouillard) qui me requinque et me permet de monter à un bon rythme et d’enchaîner sur la Soufrière. Quel bonheur cette senteur de souffre qui annonce de plus en plus la ligne d’arrivée.
Plateau de la Soufrière passé et c’est parti pour la descente par la Grande Faille, le Chemin des Dames et le Pas du Roy, les Bains Jaunes avec 2 petites soupes et c’est la route jusqu’à Saint-Claude ligne d’arrivée du Grand Raid.
Le trail le plus dur jamais effectué, un parcours excellent, une superbe organisation, ma puce avec les enfants à l’arrivée, pour clôturer en beauté cette journée du 23 juin.

Voir le classement

Photos

Lilie sa puce2012-07-03
Heureusement que je ne l'ai pas écouté, il est arrivé plus tôt que prévu!! J'étais dans les starting-block!! On est femme de champion, ou on ne l'est pas! Ah!

farid2012-06-26
Felicitation manu superbe performance tu a dompte la souffriere genial !!!!!!!

Manu2012-06-26
Le lien est corrigé.

Julien2012-06-26
Au fait, ton lien vers les résultats est mort : )

Julien2012-06-26
Bravo Manu, on a l'impression que ton récit est sorti d'une aventure du Seigneur des Anneaux. Tu as fait des envieux, il y a des fans de Trail chez les triathlètes! Bonne récup!

Ajouter un commentaire