Association des Hyperinsulinismes
Volcano Trail2013-06-17
Cette année, l’objectif était d’améliorer le chrono de l’année dernière soit 13h05. Objectif atteint.
Cette année, l’organisation avait inversé les boucles et avancé le départ à 4h00.
Départ donc de nuit sur la route qui mène aux Bains Jaunes, le tout au petit trot. Ensuite descente prudente direction les Chutes du Galion pour s’attaquer à la rivière euh non la Trace de l’Armistice. Une première montée dans la forêt à rythme soutenu mais sans se mettre dans le rouge. Au petit jour j’arrive sur la Citerne, et dans un épais brouillard je gravis l’Echelle, puis j’attaque une descente boueuse et technique pour finir la première grosse partie par la Soufrière via la Trace des Géologues. Une fois au sommet des Petites Antilles, il est temps de reprendre la direction des Bains Jaunes par le Chemin des Dames et le Pas du Roy. Après un petit bout de route en descente, je franchis le Nez cassé, dans un état désastreux (le nez hein, pas moi), comme dernière difficulté de cette première boucle. J’y perds ma montre Polar, bracelet accroché à un arbre et je me cogne la tête, comme en témoigne une petite bosse : le Nez Cassé porte une nouvelle fois bien son nom ! Cette première boucle se termine par la Trace Delgrès effectuée à un bon rythme mais avec beaucoup de prudence. Mes projections les plus rapides devaient m’amener à St-Claude en 5h00. Ce sera finalement en 4h31 .
Le début de la deuxième boucle était inédit pour moi, seule modification du tracé par rapport à l’année dernière. Cela nous amène à la remontée de la rivière du Galion en mode canyoning à l’envers. De l’eau par moment jusqu’au bassin, des cordes, de l’eau de partout. Sortie de rivière direction Moscou, avant d’attaquer la montée de l’As de Pique sur la Trace des Etangs, une trace vraiment technique, avec des racines et une humidité record mais surtout des cailloux avec de la mousse. Rien de tel pour « courir ». Ce passage derrière moi, c’est maintenant à Grand Etang et après 7h que se poursuit la course. Je savais y retrouver ma team supportrice (Delphine et Céline), mais je ne m’attendais pas à y trouver la Team Lamboley au grand complet (Julie, Gaëtan et ma puce). Une petite larme d’émotion et me voilà regonflé pour attaquer la montée du Carbet. Une fois la trace touristique abandonnée, c’est une ascension raide, limite escalade, qui nous mène au Col de l’Echelle. Une fois là, après avoir appris que j’étais 13ème à l’aire d’accueil du Carbet, il était hors de question que je me fasse rattraper. J’attaque donc la Trace Carmichaël, bien connue, mais où je trouve quand même un peu le temps long, dans l’attente de gravir la dernière difficulté du jour, la Grande Découverte. Une fois ces dernières pentes raides avalées, c’est la descente vers Matouba par la Victor Hugues. C’est à ce moment-là que je me rends compte que je peux faire moins de 11h. La joie de retrouver mon fan club à la sortie de la trace, la ligne d’arrivée qui se rapproche, le classement 13ème à ce moment, et ce chrono qui se dessine, me donnent plein de joie et des jambes.
Il ne reste plus que quelques 3,5Kms de route pour finir, assez pour rattraper Damien à qui je propose que l’on finisse ensemble, mais qui me dit ne pas pouvoir suivre. Je file donc seul pour achever cette journée extraordinaire avec un chrono de 10h36min24sec. Objectif dépassé !

Voir les photos
Voir la vidéo
Voir le classement
Voir le classement par catégorie


Gwadaed2013-06-23
Bravo Manu! Bonne prépa pour la Transkarukéra maintenant!!!

Plume2013-06-22
Immense souvenir....

CATEBIL2013-06-22
Ho ben c'est malin MANU nous aussi on a eu la larme a l'oei.En tous les cas BRAVO pour cette volonté et ce courage. Et aussi BRAVO à tous les SUPPORTERS.

Ajouter un commentaire