Association des Hyperinsulinismes
Cyclosportives2016-07-04
Les 3 Ballons dans les Vosges, je ne pouvais pas, en tant que grand Fan de vélo et habitant aussi près de l'épreuve, ne pas y participer.

Mon choix va "forcément" sur le grand parcours, je regarde rarement les autres, même si là encore je file vers une épreuve inédite.

La semaine précédente, le doute s'installe et j'envisage de ne faire que le petit parcours car j'ai peur de ce monument! J'en discute avec Daniel mais celui-ci me confirme que le 213 kilomètres est une "obligation".

Me voilà donc, avec plein de craintes, au départ de ce premier Grandfondo.

Un départ canon avec de belles pointes de vitesse sur la Corveraine, par chance les radars ne sont pas de sortie. Moi ma seule idée c'est de passer en tête de mon groupe afin que ma famille puisse m'apercevoir parmi ces milliers de participants et bingo ils sont bien là et me voient sans soucis d'autant plus avec ma Goretex orange que je quitterai très peu durant la journée.

Mis à part des maux au psoas côté gauche en début de course, en fait jusqu'au Ballon d'Alsace et un coup de moins bien dans le Grand Ballon enfin plus précisément dans le Col d'Amic, la journée s'est plutôt bien passée.

Chevrères, Ballon d'Alsace, Hundsdruck, Grand Ballon par Amic, Oderen, Croix seront les cols du jour, un joli programme qui s'enchaîne pour ma part au train.

Un dernier passage à vide dans la petite Finlande au cœur des 1000 Etangs, petit oubli de ravitaillement, me fait perdre pas mal de temps pour finalement sous des trombes d'eau rallier l'arrivée en 9h44 sur la montre (218km au compteur, 4200m+, 22,4 km/h de moyenne).

Pour finir cette première moitié d'année orientée vélo, Marc nous a proposé de l'accompagner au GFNY MONT VENTOUX qui s'est déroulé le 26 juin.

Au programme de ce deuxième Grandfondo, 133 km, pour cette 2ème édition, bien entendu le Mont Ventoux par Bédoin (voie royale 7-11% de pente), mais également en hors d'œuvre le col de la Péronière, le col des Aires par Brantes, le col de l'Homme Mort ainsi que quelques bon faux-plats qui auraient pu mériter un petit nom.

Un départ plus calme que sur les 3 Ballons nous permet de rester quelques hectomètres ensemble avec Yannick et Daniel, mais tous habillés de nos tuniques vertes on se perd de vue assez vite.

Je roule aux sensations et celles-ci sont plutôt bonnes. Je monte au rythme et en doublant, cela donne des ailes! Je profite d'un groupe quasi que d'américains sur les transitions plates. Je prends quelques relais, je m'amuse bien et les kilomètres défilent...

Jusqu'au 90ème où les sensations dans les jambes sont moins sympas et où je commence à me dire que le Ventoux avec les jambes dures, cela va se gâter.

Je passe sur le tapis du KOM Ventoux avec ½ heure d'avance sur mes prévisions et une grosse montée en température. Sur la route, une fontaine, j'en profite pour me rafraîchir avant d'attaquer les pentes raides.

Dans les pentes raides, pas assez de lucidité pour m'alimenter, je décide de me poser à l'ombre pour un mini-ravitaillement.

La route jusqu'au chalet Reynard se termine enfin et après un bref arrêt au ravito je file affronter ces derniers kilos, surtout les 2 derniers qui avec le vent sont les pentes les plus dures de la fin d'ascension.

Je passe la ligne d'arrivée en moins de 6 heures (5:57:57 pour 21.46 km/h de moyenne) très heureux de moi et d'en terminer.

Laurent2016-07-04
Bravo Manu. Belle performance

Ajouter un commentaire